Je m'appelle Léa Hutton et j'ai la trentaine bien entamée.

Aussi longtemps que je me souvienne, j'ai toujours aimé écrire. Que ce soit en noircissant des feuilles, des carnets ou des emballages de produits cosmétiques que je trouvais dans le salon de coiffure de ma mère. J'ai d'ailleurs écrit ma première nouvelle à l'âge de 7 ans avec son crayon à lèvre.

J'ai écrit de nombreux romans qui ont fini dans le fond d'un tiroir, sur une disquette (oui, c'est proscrit à présent), ou plus récemment sur une clé USB. Il faut dire que je n'avais pas confiance en moi. L'idée aussi de me faire relire me terrifiait. 

J'écrivais donc uniquement pour moi. Avec le temps, l'écriture est  devenu un sas de décompression, un exercice, un passe-temps, un plaisir et un moment suspendu. Il m'arrivait de gagner des concours d'écritures au secondaire (oui, j'ai fait ma terminale au Canada). J'y participais car mon prof de français de l'époque, M Plante, prenait toujours plaisir à lire mes nouvelles (il était le seul), en contrepartie, je devais participer aux concours organisés par l'école.

Il y a un an, j'ai crée un blog (Les Femmeuses Roses), à la suite de plusieurs demandes de mes amis. Sur ma page Facebook personnelle, je racontais presque quotidiennement mes aventures avec les clients dans ma boutique (une animalerie sans animaux... car je n'aime pas les animaux en cage). 

J'ai très vite été dépassée par le succès du blog lorsque j'y postais mes nouvelles, qui en réalité, n'étaient que des chapitres de mes romans. Une question revenait sans cesse: pourquoi tu n'écris pas un roman?

J'étais toujours hésitante, jusqu'au jour ou j'ai eu une conversation franche et sérieuse avec une auteure dans ma boutique. Elle m'a convaincu d'aller de l'avant et m'a remis les coordonnées de son éditeur. 

Mon livre n'a pas été retenu par cette maison d'Édition. À vrai dire, ils n'ont même pas pris la peine de lire mon synopsis  À la place, cet éditeur m'a rédigé un long courriel d'encouragement.

J'ai donc saisi ma chance avec d'autres. J'ai été surprise d'une nombre de réponses positives (souvent farfelues) aussi. J'ai pu faire un choix éclairé et signer avec un contrat qui me convenait.

En 2018, durant les fêtes de Noel, j'ai dû me faire hospitaliser. À vrai dire, j'ai failli mourir. Quelques heures après mon opération, je réfléchissais dans mon lit d'hôpital. Je me suis dit: La vie est courte. il faut alors que je fasse ce que j'aime le plus.

À mon retour au travail, j'ai mis ma boutique en vente. J'ai changé mes habitudes alimentaires, et j'ai décidé de vivre de mes écrits. J'ai fait une liste du genre: Passer plus de temps avec ma famille, ne plus réveiller mon mari lorsqu'il ronfle, m'inscrire à des cours de yoga, ne plus râler lorsque le facteur 

J'ai toujours rêvé d'avoir mon nom sur la couverture d'un roman. J'en suis très émue, c'est un sentiment incroyable, autant pour moi que pour mes proches. 

Merci à tous pour ces moments magiques.

  • Icône social Instagram
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Pinterest social Icône